Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daftworld

Daftworld

Bienvenue sur le blog du plus grand fan Officiel de DAFT PUNK !!!


VIDÉO : QUAND LES DAFT PUNK LÂCHAIENT LEUR PREMIÈRE BOMBE, LA SCÈNE D’EDEN

Publié par daftworld sur 11 Décembre 2014, 17:02pm

Eden raconte l’évolution du garage dans les années 90, un cousin minimaliste de lahouse music. Nineties et musique électronique : deux phénomènes qui ont aujourd’hui le vent en poupe. Mais le film de Mia Hansen-Løve a un autre argument irrésistible : lesDaft Punk.

Sur le net, on parle surtout du film parce qu’il donne un visage à Thomas Bangalter (incarné par Vincent Lacoste) et à Guy-Manuel de Homem-Christo : les deux français deDaft Punk. En interview, la réalisatrice parle d’un malentendu, même si elle avoue qu’elle a rapidement cessé de s’y opposer… On la comprend, cet amalgame est un sacré coup de pub pour ce film assez mal distribué (116 copies en France).

La B.O. met évidemment à l’honneur le garage, mais la présence de quatre titres de Daft Punk n’est pas anodine : Da Funk (1995), One More Time (2000), Veridis Quo (2001),Within (2013). Si le film se concentre bien sur Paul (Félix de Givry) – qui s’inspire largement du DJ Sven Løve, le frère de la réalisatrice – et sa passion pour la house garage, l’ascension des Daft apparaît en filigrane tout au long du film.

1995 : la bombe Da Funk

La séquence où le duo lâche pour la première fois un de leur son dans une petite soirée est véritablement grisante. Les bruits de New-York en guise de brève introduction, et après cette légère respiration : un riff assuré s’élance. Le beat funk guide ainsi les premiers hochements de tête, une surcouche bien grave enveloppe le beat, puis la distorsion bien robotique ne laisse plus de doute : la bombe Da Funk est lâchée, et la « disco moderne » est née.

Le goût et la couleur des nineties

L’autre intérêt majeur du film est l’atmosphère des années 90, subtilement restitué grâce aux détails : vieilles étiquettes sur les bouteilles de Kro’, autocollant exact sur les vinyles, sons qui passaient en boîte… Sven Løve (il a contribué au film) confie que les éléments les plus évidents des nineties ont été atténués afin que le film ne paraisse pas trop cliché : couleurs criardes, tee-shirt rentrés dans le pantalon,etc. Il reste cependant assez précis pour nous faire retrouver le goût et la couleur des années 90.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents