Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daftworld

Daftworld

Bienvenue sur le blog du plus grand fan Officiel de DAFT PUNK !!!


Daft Punk Unchained : les Daft Punk tombent le masque (ou presque)

Publié par daftworld sur 22 Juin 2015, 21:14pm

Daft Punk Unchained : les Daft Punk tombent le masque (ou presque)

Le premier documentaire consacré au duo robotique, Daft Punk Unchained, sera diffusé mercredi sur Canal +. Un document éclairant sur l’épopée des deux DJs français qui ont révolutionné l’électro.

 

Cultiver le mystère pour susciter l’intérêt et aiguiser la curiosité. La recette n’est certes pas nouvelle mais continue de fonctionner. Au-delà d’un vulgaire effet de communication, l’anonymat semble représenter pour les Daft Punk la clé de la réussite et ce depuis leurs débuts. Le duo électro français le plus connu à l’international a toujours eu à coeur de se terrer dans l’ombre. Physiquement, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem Christo n’ont jamais quitté leurs sempiternels casques, que cela soit en concert ou sur les plateaux de télévision. A tel point qu’un hypothétique cameo de l’un des deux DJ est scruté comme une nouvelle à part entière. Mentalement, les deux membres ont toujours mis un point d’honneur à ne pas divulguer la teneur de leur vie privée. En ce sens, le premier documentaire, Daft Punk Unchained, diffusé mercredi sur Canal + et consacré aux musiciens s’avère un exploit en soi.

daft 4 affiche crop

Recul émotionnel

Que ceux qui caressent le doux espoir d’y découvrir des interviews fleuves des deux comparses se rassérènent. Si ce 85 minutes est ponctué de témoignages exclusifs de proches des Daft Punk, les protagonistes, eux, ne s’expriment à aucun moment. Mieux, le réalisateur Hervé Martin-Delpierre ne les a jamais rencontrés, un point positif nous explique-t-il : « Cela me permet de garder du recul émotionnel. Ne pas leur donner une incarnation physique est beaucoup mieux ». L’idée de faire ce documentaire lui est venue il y a trois ans lorsque la BBC – le documentaire est une coproduction Canal + et BBC Worlwide France – , l’a appelé pour lui proposer le sujet. « Il fallait avant toute chose obtenir l’autorisation des artistes pour utiliser leur musique. Une fois que la BBC m’a dit qu’ils avaient eu l’accord de principe, je ne pouvais que dire oui ».

Outre l’envie de faire ce film sur des musiciens qu’il aime beaucoup, Hervé Martin-Delpierre désirait surtout « construire une histoire qui ait de la force et une résonance à propos d’artistes ayant toujours pris des positions fortes par rapport à l’image, la célébrité, ce qui est à la mode et ce qui ne l’est pas ». « Des positions, ajoute le réalisateur, qui ont souvent été à contre-courant bien que le courant les ait rattrapés ». Daft Punk Unchained s’attache donc à suivre de manière chronologique l’ascension fulgurante des deux robots sur une période de vingt ans.

daft 2 crop

Leurs balbutiements nous font doucement rire à la lumière de la célébrité acquise par le duo au fil des ans. On les découvre notamment en 1992, époque où le groupe était encore nommé Darlin’. Thomas et Guy-Man donnent leur dernier concert lors de la Fête de la musique devant un public pour le moins réduit. Cinq ans plus tard, les Daft Punk sortaient Homework, l’album fondateur.

Galaxie anonyme

Daft Punk Unchained donne la parole à une trentaine d’acteurs qui ont tous, de près ou de loin, contribué à l’élaboration de la galaxie Daft Punk. « Ce qui m’a surpris, explique Hervé Martin-Delpierre, est qu’ils ont tous accepté de jouer le jeu, même les célébrités ». De fait, on croise Kanye West, Pharrell Williams, Leiji Matsumoto à Tokyo – créateur du dessin animé Albator dont les Daft Punk ont toujours été fans et qui a signé les images du film Interstellar 5555, sorte de version filmée de leur album Discovery – , le producteur italien Giorgio Moroder, Nile Rodgers ou encore l’auteur-compositeur Paul Williams – qui a collaboré avec le groupe sur Random Access Memories - pour ne citer qu’eux. Tous ne tarissent pas d’éloges au sujet des robots.

Au milieu de ces précieux témoignages s’intercalent des moments fondateurs dans la carrière des deux Français. Ainsi, Daft Punk Unchained montre par exemple la tension préalable au passage des Daft Punk à Coachella en 2006 au sujet duquel personne, à part eux, n’avait connaissance de ce qui se tramait en coulisses. Le duo est soudainement apparu sur scène, entouré d’un triangle lumineux constitué de milliers de Leds, devant une foule compacte qui n’en revenait pas.

Au fil des images se construit un paradoxe criant : celui d’une volonté très forte des Daft Punk de conserver un anonymat, également entretenu par leur entourage proche, « une forme d’auto-protection », estime Hervé Martin-Delpierre, et en même temps une propension à travailler avec des musiciens situés à l’opposé – Kanye West, Pharrell Williams -. Ce rapport complexe à l’anonymat est brillamment incarné par le témoignage final du grand photographe Peter Lindbergh qui explique que les musiciens n’ont, durant tout le shooting, jamais voulu ôter leurs casques.

 

daft punk peter lindbergh CROP

« Ces garçons qui sont totalement control freak nous ont cependant laissé une totale liberté quant à la réalisation du documentaire, reconnaît le réalisateur, cela nous a donc donné une responsabilité démesurée…Peut-être un moyen pour eux de nous contrôler un peu plus ?! » Les Daft Punk n’ont pour le moment pas vu le film ni même demandé une copie de ce dernier. « C’est un groupe qui parle à tous les artistes, poursuit le réalisateur, et montre comment en tant que tel on réagit face à la liberté et à l’industrie qui peut facilement nous manger ». Et de conclure : « Leur façon de gérer cela a été exemplaire. Ce doit être horrible de rester en permanence derrière un casque, moi je ne suis pas sûr d’en être capable ! » Quand le visible renforce la puissance de l’invisible.

Daft Punk Unchained, mercredi 24 juin à 20h50 sur Canal +.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents