Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daftworld

Daftworld

Bienvenue sur le blog du plus grand fan Officiel de DAFT PUNK !!!


Avec les fans dans le pop-up store de Daft Punk

Publié par daftworld sur 15 Février 2017, 11:28am

Avec les fans dans le pop-up store de Daft Punk

Pendant neuf jours un concept store de Los Angeles se transforme en boutique et musée consacré au duo français. Des milliers de kids font la queue pour y entrer et dépenser des centaines de dollars. Reportage au cœur du temple et avec les dévôts du groupe invisible.

"Ça valait complètement les six heure d'attente", explique Tyler, 20 ans, k-way or à la doublure Daft Punk sur le dos et coffret collector en mains, encore sous le coup de l'émotion. 

Et les 500 dollars dépensés. Comme des millier de fans du groupe parisien, Tyler s'est pressé samedi 11 février dans le concept-store Maxfield situé sur Melrose Avenue, dans le quartier branché de West Hollywood, afin de se fournir en vêtements et objets à l'effigie du groupe, mais aussi admirer certains costumes, instruments et décors de concerts exposés en exclusivité. L'événement a été annoncé quelques jours plus tôt sur le compte Instagram des musiciens. Pendant neuf jours, cette boutique est transformée en temple éphémère à l'effigie du groupe invisible.

 

 

En ce milieu d'après-midi, la foule fait la queue sur 500 mètres, bloquant cinq pâtés de maison. Le Los Angeles Police Departement a été appelé en renfort pour surveiller les fans, principalement des jeunes garçons vingtenaires en jean baggy, calmes et peu lookés.

"Je suis arrivé à 10 h pour une ouverture à 11 h. Je ne suis pas encore rentré. Il est 15 h. Les premiers y ont passé la nuit", raconte Martin, 25 ans, à quelques minutes de franchir la lourde porte en acier et le vigile intraitable qui le sépare du Graal.

 

Un musée interstellaire

 

 

La pièce sombre où la musique du groupe tourne à plein régime est éclairée aux néons, avec une ambiance mi-boite de nuit mi-vaisseau du futur. Décors lunaires de leur album Interstella 5555 (2003), costumes de scène, enceinte, piano et guitares transparents, vinyles et diapos des concerts du groupe à observer à la loupe. Un vrai musée Daft Punk qui impressionne ces fans inconditionnels. "Je les suis depuis 1997", souffle un jeune homme qui a pourtant l'air de ne pas être né longtemps avant, le nez collé à une vitrine. Pour ceux qui sont venus avec des portefeuilles bien remplis, les souvenirs à remporter chez soi ne manquent pas. Les prix sont à la hauteur de la rareté du groupe. Les posters se négocient à partir de 80 dollars. Des porte-manteaux croulent sous les t-shirts, vestes et K-Ways à l'effigie du groupe électro. Certaines pièces, réalisées en collaboration avec des marques comme Enfants riches déprimés ou Han Cholo sont vendues pour 300, 400 ou 600 dollars.

 

 

Dans la file d'attente, la rumeur court  que les K-Ways ont le meilleur rapport originalité-prix. "Le t-shirt est vendu entre 120 et 180. Le K-Way or ou argent est à 150. C'est une pièce beaucoup plus intéressante, qui fait la différence, pour pratiquement le même prix", analyse Chris, 24 ans, qui vient tout juste de sortir du magasin. Il déballe son précieux achat sur le trottoir. Les fans curieux mènent un véritable interrogatoire. "Combien ? Est-ce qu'il en reste à ma taille ? Est-ce que c'est réversible ? Est ce qu'il est imperméable ?". "Oui, mais de toute façon il ne pleut jamais à L.A.", plaisante-t-il. Blague locale, rire général.  Chris prend la pose avec fierté. Certains ressortent bredouilles : "Trop cher", mais "contents d'avoir pu voir les costumes et les instruments, c'était le plus important". Adam a, lui, acheté un pins à 40 dollars. La foule s'indigne.

À l'affût du groupe

 

"Ils sont en ville car ils jouent aux Grammys avec The Weeknd. Ils sont sans doute dans le quartier pour voir comment ça se passe", soupçonne David qui n'est "pas venu pour acheter". Les organisateurs de l'événement, particulièrement reconnaissables à leur look très frenchie de Versailles et leurs accents à couper au couteau, ne cessent de faire des aller-retours de l'autre côté de la rue, où se trouve un autre bâtiment de la marque. Des casques Daft Punk en néon ornent la vitrine sans autre explication. "Ils sont sans doute là", ose David. Maz, un artiste mexicain, a fait le déplacement depuis Mexico le matin même en espérant les rencontrer. Il a créé des casques Daft Punk aux couleurs traditionnelles de son pays et veut les leur donner "en personne". "Ils ne sont pas à vendre, je les ai faits pour pouvoir les leur remettre en mains propres", ajoute-t-il, plein d'espoir. Les fans s'agglutinent pour prendre des photos de ces objets originaux. Bryan et Blaine s'extasient avant de prendre quelques clichés souvenir du lieu et de leurs achats, et racontent leur périple. "Nous avons pris l'avion depuis le Texas exprès pour cet événement", raconte Bryan. Sa copine, qui le sait très fan, lui a offert le billet d'avion pour la Saint-Valentin. "Après ça, je dois sans doute l'épouser", ajoute-t-il en ne plaisantant qu'à moitié. Il a vu les Daft Punk en concert "deux fois, en 2006 et 2007. Je ne me rendais pas compte de la chance que j'avais jusqu'à ce que je parle aux fans aujourd'hui. La plupart sont trop jeunes pour les avoir vus en live". Blaine était, lui, "à Paris pour un voyage d'école lors de la sortie du disque Discovery en 2001. Je me rappellerai toujours de l'énorme poster sur les Champs-Elysées", raconte-t-il.

Surprise cette année à Coachella ?

 

Pour ces jeunes qui font la queue depuis des heures pour toucher du doigt l'univers de leurs idoles, voir le groupe en concert représente un rêve ultime. "Le dernier concert a dû avoir lieu en 2007. Ils doivent faire un concert tous les dix ans. Donc c'est l'année ! tente de se persuader Nick".

"La rumeur de leur venue à Coachella (festival de musique qui a lieu tous les ans en avril dans le désert californien, NDLR) court, donc j'ai pris des billets juste au cas où. Je m'en voudrais trop de rater ça."

Ceux qui se trouvent à proximité approuvent. "Nous avons tous pris notre billet pour eux même s’ils ne sont pas à l'affiche", avoue un groupe de quatre étudiants. Manuel et Adrian, tous les deux 22 ans, n'ont jamais quitté les Etats-Unis mais ils assurent que si Daft Punk annonçaient une tournée, ils suivraient coûte que coûte. "Pour eux, j'irais jusqu'à Paris", confie Adrian.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents