Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Daftworld

Daftworld

Bienvenue sur le blog du plus grand fan Officiel de DAFT PUNK !!!


Daft Punk une des premières interviews

Publié par Anonyme sur 10 Octobre 2008, 23:06pm

Daft Punk  une des premières interviews
"Homework", premier album des Daft Punk, a déjà fait couler beaucoup d'encre. Un raz de marée médiatique historique pour un duo de gamins férus d'expérimentation et refusant le statut de "techno-stars". Seule compte la musique et tant pis pour les puristes : Daft Punk veut voir danser la terre entière sur sa disco-funk-house. Ou comment flirter intelligemment avec le mauvais goût.


Comprenez-vous l'excitation des médias ?

Nous ne pensons pas mériter quoi que ce soit. Nous nous moquons des honneurs. Nous nous battons pour notre musique et voulons absolument tout contrôler. Surtout l'image que les médias pourraient donner du groupe. Mais nous étions tellement pris par l'album que nous n'avions pas réalisé à quel point les journalistes attendaient ce disque. Cela ne nous effraie pas. Et nous n'allons pas nous plaindre de l'intérêt porté à Daft Punk. Nous aimerions que la musique soit le principal centre d'intérêt et non pas toute cette hype... Trop de gens ont un avis sur Daft Punk alors qu'ils n'ont toujours pas écouté "Homework". Finalement nous sommes assez amusés par toute cette agitation. Quant à savoir pourquoi tant de maisons de disques voulaient nous signer, nous n'avons pas de réponse. Peut-être est-ce uniquement une question de chance. Au bon endroit au bon moment.


En écoutant "Homework", une impression de facilité se dégage. Composez-vous avec rapidité ?

Nous aimons la musique depuis longtemps. Nous avons eu le temps de la digérer. Nous ne nous sommes pas précipités. Il n'y a pas des milliers de façons d'apprendre la musique. Soit tu vas au Conservatoire, soit tu passes des heures dans ta chambre à écouter des disques, tu vas en soirée. Nous l'avons fait des années durant. Alors aujourd'hui, nous maîtrisons parfaitement notre musique. Nous avons réfléchi, douté pendant une année entière avant de concevoir "Homework". Mais rien n'est facile. Pour pouvoir être fier de ses morceaux, il faut travailler très dur, être perfectionniste.


Votre musique est finalement accessible...

Elle l'a toujours été ! "Homework" était enregistré avant que nous ne signions sur Virgin. Nous aurions très bien pu le sortir sur un petit label. Mais la musique aurait été identique. Nous ne sommes pas élitistes. Nos goûts sont assez communs. Et nous aimons beaucoup de tubes, de morceaux très commerciaux. Nous voulions que notre musique puisse être aimée par le plus grand nombre, tout en restant qualitative. Et c'est possible. Nous avons écouté beaucoup de musique commerciale et nous avons fini par comprendre l'esprit de cette musique. Après, tu peux composer quelque chose qui sera au-dessus de la moyenne. Il y a très peu de différence entre un morceau efficace et une "merde" commerciale. "Satisfaction" des Rolling Stones, par exemple : c'est seulement trois accords, mais c'est imparable !


Vous n'avez pas peur d'être rejetés par la scène techno ?

Il y aura toujours des personnes pour cracher sur les groupes qui ont du succès. C'est quand même positif qu'un groupe venu d'en bas arrive à toucher un large public. Ces personnes parlent beaucoup mais ne font pas grand-chose. Les gens se plaignent de la mauvaise qualité des charts et quand un bon groupe parvient à y entrer, ils le désavouent systématiquement. C'est paradoxal ! C'est comme s'ils ne voulaient pas partager leur trésor. Trop de gens pensent qu'une grosse culture musicale est indispensable pour comprendre et aimer la musique. C'est faux. C'est instinctif et physique ! Nous sommes beaucoup plus intéressés par la réaction que vont avoir les gens qui ne nous connaissent pas que par celle des gens qui nous suivent depuis trois ans. Nous serions ravis si des personnes qui n'aiment pas la techno appréciaient " Homework". L'évolution est primordiale.


Votre musique est-elle uniquement destinée à la danse ?

Elle est effectivement faite, au départ, pour danser. Mais un disque peut rassembler un grand nombre de gens, véhiculer un certain message. Il peut être revendicatif. Nous aimerions casser certains clichés qui ternissent l'image de la techno. Les inepties concernant les raves et les drogues, par exemple. Si beaucoup de gens aiment notre musique, ils vont peut-être vouloir en savoir plus et aller en soirée. Mais quand ils se rendront compte que le gouvernement interdit les raves, peut-être réagiront-ils. Ceux qui achètent des disques sont aussi ceux qui votent... Le problème, c'est que le ministre de la Culture déclare dans certains magazines qu'il n'a rien contre les raves alors que, d'un autre côté, le ministre de l'Intérieur s'oppose farouchement à l'organisation de soirées. Il faudrait déjà que le gouvernement français soit sur la même longueur d'ondes...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents